Alerte Education Sexuelle - 2017

La propagande pédophile

ILS L'ONT DIT...

Qu'est-ce que la propagande pédophile ?

La propagande pédophile, ce sont tous ces messages qui minimisent, tentent de normaliser, de banaliser, voire de légitimer les actes pédophiles.

Elle est véhiculée au sein de la société, par des médias, mais aussi par des professionnels, comme certains psychiatres qui nient la parole des enfants ou la suspectent d'emblée, comme des juges qui correctionnalisent systématiquement des viols, comme des pédagogues qui font entrer ce qu'ils appellent "l'éducation sexuelle" dans les écoles, comme des publicitaires qui érotisent des fillettes pour vendre des vêtements...

Des journalistes, des écrivains, des politiques, ou encore un avocat ont aussi écrit et parlé publiquement, en revendiquant des actes pédophiles. Ils banalisent des termes aberrants comme "sexualité des enfants", "éducation sexuelle", ou "faux souvenirs" (pour disqualifier les remontées brutales de mémoire traumatique, à l'âge adulte, d'agressions sexuelles ou de viols infantiles), et les font ainsi entrer dans la conscience et dans l'inconscient des gens. 

Par ailleurs, ces idéologues de la pédophilie n'hésitent pas à stigmatiser ceux qui ne sont pas d'accord avec eux, pour clôturer tout débat et toute mise en lumière de leurs procédés. Ils vont jusqu'à les traiter par exemple de "secte", de "fachos", de "rétrogrades", de "réactionnaires", d'"allumés du missel", de "cathos intégristes" ou de "conspirationnistes".

Autant de mots qui bloquent la réflexion du grand public et sont lancés dans le but : disqualifier ceux qui dénoncent la perversion.
 

A force de baigner dans une atmosphère qui sexualise les enfants et dans une société où l'on applique la plus grande tolérance envers les pédocriminels, les gens finissent par ne plus être choqués par de tels propos et pire, finissent par accepter les actes pédophiles, voire par les cautionner, en oubliant les dégâts traumatiques commis sur les enfants exposés à la séduction sexualisée des adultes.

 

L'objectif de cette rubrique est de donner des exemples de cette propagande qui, grâce à des relais médiatiques et à une importante tolérance politique, gagne chaque jour davantage de terrain.

Une CHRONOLOGIE de

la propagande pédophile :

2016: Patrick Doucet et "la sexualité des enfants"...

Prof de psychologie dans un lycée de Montréal, Patrick Doucet écrit des livres sur "la sexualité des enfants", et son discours semble apprécié de certains médias, qui lui procurent des tribunes impressionnantes.

Son propos, finalement, rappelle ceux des pédophiles "littéraires" des années 70 et 80, qui revendiquaient la liberté pour les enfants d'avoir une sexualité, y compris bien sûr, avec des hommes adultes.

Patrick Doucet ne va pas jusque là, mais il diffuse la même projection sur les enfants d'une sexualité d'adulte. Si les enfants jouent au docteur, cela n'a rien à voir avec de "la sexualité". 

Sa spécialité, c'est d'extrapoler à partir d'exemples individuels dont il fait sa propre interprétation, et d'en tirer des conclusions à portée générale qu'il affirme sans aucune nuance.

Dans un article canadien, le journaliste reprend l'un de ces "exemples", bien que celui-ci concerne une tribu, parfaitement anodin comme vous allez le voir:

 

"Les Sambia, une tribu de Papouasie-Nouvelle-Guinée, ont eu jusque dans les années 70 l’un des rituels de passage les plus troublants qui soient. Après avoir bénéficié des vertus du lait maternel, les jeunes garçons devaient goûter le « lait masculin » pour devenir à leur tour de « véritables hommes, des époux fertiles et de puissants guerriers ». 

Pédophiles, les Sambia ? « Plusieurs peuples ont eu des pratiques où la virilité s’atteignait par l’absorption du sperme par voie orale, anale ou par la friction », fait valoir l’auteur".

Dans sa bibliographie, Doucet n'hésite pas à citer les publications de Kinsey et son équipe. De fait, Kinsey lui aussi était convaincu que les enfants avaient une sexualité, et a mené des expériences relevant de la torture en tentant de le prouver.

Dans un de ses livres, après avoir encore cité un exemple dans lequel une personne ayant, enfant, vécu une "relation" pédophile avec plaisir, Doucet se sent obligé de préciser qu'il ne veut pas "minimiser l’impact des relations inappropriées" dont "les effets sont", selon lui, "souvent dévastateurs". Voici ce qu'il écrivait ensuite:

On reconnait bien la perversion dans ce pseudo raisonnement par l'absurde. Raisonnement inquiétant s'il en est car on comprend que Doucet est obsédé par cette "sexualité des enfants".

Autre exemple absolument surréaliste, dans lequel il cite une obscure étude (M. A. Reynolds, D. L. Herbenick et J. Bancroft, "The nature of childhood sexual experiences", Sexual Development in Childhood, introuvable sur le net) qui montrerait que la majorité des enfants sont "consentants" aux attouchements avant 12 ans:

2013 : Sylvain Mimoun, sur L'Obs Plus

En octobre 2013, Sylvain Mimoun,  à la fois gynécologue et "sexologue" s'est fendu d'un billet dans le blog le L'Obs, titré "Chris Brown a perdu sa virginité à 8 ans: il n'y a pas d'âge pour son 1er rapport sexuel". Ce qu'il dit correspond parfaitement à l'argumentaire déployé par divers lobbies pédophiles ou défenseurs des pédophiles comme Ralph Underwager ou Hubert Van Gijseghem:

"Lorsque quelqu’un de plus âgé recherche une sexualité d’adulte avec un petit garçon ou une petite fille, l’enfant peut en garder des séquelles. Mais celles-ci peuvent être aussi bien négatives que positives" ou encore "Les enfants ne sont pas des anges : ils ont un sexe. Souvenez-vous de vos 8 ans. Pour ma part, je pensais beaucoup au sexe".

L'article a été rapidement retiré, mais quand il a été interrogé à ce sujet, ledit Mimoun a ressorti le discours habituel des pédophiles pour justifier sa position:

"Ce qui est choquant, c’est d’être choqué ! Quand on dit que les enfants pensent au sexe, c’est déjà un gros mot. Pas étonnant que l’on ait vilipendé Daniel Cohn-Bendit lorsqu’il avait jugé utile la mouvance de Mai-68 pour avoir libéré la sexualité de tout le monde, y compris des enfants (...) Aujourd’hui, la société crée des barrières morales. On va vers un puritanisme de plus en plus fort. On considère l’enfant comme un ange qui ne peut pas avoir de pensées sexuelles. Mais pourtant, je persiste à dire que les enfants sont préoccupés par ce sujet".

Nous avons là :

  • L'attaque contre "la société" qui est rétrograde et manque d'ouverture d'esprit

  • L'assimilation de la protection de la vulnérabilité de l'enfance à du "puritanisme"

  • La projection d'une sexualité et de réactions sexuelles adultes chez les enfants, considérés comme des "mini-adultes sexualisés"

  • Et même la défense de Cohn-Bendit !
     

Mimoun est également un adepte de l'"éducation sexuelle". Il apparaît en tant qu'expert sur le site éducation sensuelle, destiné à éduquer les adolescents à la sexualité, et qui propose des interventions dans les écoles.

2012 : Marcel Rufo sur France 5

Sur le plateau d'une émission "santé" de France 5, le Dr Rufo (il est pédopsychiatre) avait sa chronique dans laquelle il répondait aux questions des téléspectateurs.

Une mère a évoqué sa fille qui était persuadée d'avoir été violée quand elle était petite, et qui allait très mal depuis des années.

Pour Rufo, rien de grave: tout cela n'est qu'une hallucination et quand bien même, la plupart des victimes vont bien malgré un viol. Celles qui vont mal, c'est parce qu'il y a autre chose que le viol, explique ainsi Rufo, déniant manifestement le traumatisme engendré par les viols, et en particulier sur les mineurs.

2011 : Me Thierry Levy sur France 2

Un véritable plaidoyer en faveur des pédophiles, car cette société selon lui ne les laisse pas s'exprimer.

Lévy avait également attaqué Luc Ferry quand il avait évoqué ce ministre qui s’était fait "poisser" à Marrakech "dans une partouze avec des petits enfants". Pour Me Lévy, ces propos étaient "lâches" et "injustifiables", rien que cela.

2000 : Michel Polac, Journal, récit autobiographique

Dans une autobiographie, Polac raconte trois épisodes homosexuels survenus dans sa vie, dont celui-ci, très cru, qui se produit avec un enfant.

"(...) et enfin à 40 ans, avec ce curieux gamin un peu bizarre, sauvage, farouche, un rien demeuré, fils de paysan, orphelin peut-être, qui devait avoir 10, 11 ans, peut-être moins, et qui m'a si étrangement provoqué jusqu'à se coucher nu dans ma chambre d'hôtel en me racontant une obscure histoire de relation sexuelle avec un homme de son entourage et je me suis rapproché de lui, et il était nu sur le côté, et j'ai seulement baissé mon pantalon et ai collé mon ventre contre son cul, et j'ai déchargé aussitôt, en une seconde, dans un éblouissement terrible, et il a eu un petit rire surpris comme s'il s'attendait à ce que je le pénètre, il paraissait si expérimenté, si précocement instruit, tout en ignorant ce que cela signifiait, tout en étant capable de préciser ce qu'il savait ou voulait."

1990 : Gabriel Matzneff

Jusque sur les plateaux télés, mais surtout dans ses livres comme dans "Mes amours décomposés", paru en 1990, Matzneff, qui a eu le prix Renaudot récemment, revendiquait ses pratiques pédophiles.

"Coucher avec un ou une enfant c'est une expérience hiérophanique, une épreuve baptismale, une aventure sacrée. Le champs de la conscience s'élargit, les "remparts flamboyants du monde" (Lucrèce) reculent."

1982 : Cohn-Bendit sur Antenne 2

Quand Cohn-Bendit, qu'on voit encore sur les plateaux télé et même en politique auprès de Macron, déclare que c'est génial de "se faire déshabiller" par une enfant de 5 ans.

1979 : Françoise Dolto

4. Pas de pères vicieux...

5. Du droit des pères à violer leurs filles pour les corriger:

Interview à la revue Choisir en 1979. Morceaux choisis:

1. Conseils aux enfants battus:

2. Des femmes battues:

3. Du traumatisme de l'inceste et du consentement des victimes:

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now