Le site des professionnels contre l' "éducation sexuelle"

Divers professionnels de l'enfance, des psychologues et pédopsychiatres ont pris connaissance des textes de l'ONU et de l'OMS concernant ce qui est appelé "éducation sexuelle".

 

Ils sont "opposés à ces enseignements d’"éducation à la sexualité" auprès des mineurs de moins de 15 ans dont il est prévu le déploiement sur toute la France en 2017 au travers de formation intensives de personnel au contact des enfants et qui ont déjà commencé".

Leur site web: https://proscontreeducsex.wordpress.com

Ouvrir le débat sur l' "éducation sexuelle"

Voici leur présentation:

 

"Nous, professionnels de la psychologie et de la psychiatrie, du psychotraumatisme et de l'enfance, dénonçons les risques de "l'éducation sexuelle" et des "droits sexuels" mettant en danger les enfants, sous couvert d'idéaux de "prévention" et "d'égalité".

De fait, les plans gouvernementaux français sur "l'éducation à la sexualité", prenant source dans des textes internationaux portés par l'OMS, le planning familial et l'ONU, dont nous critiquons la dangerosité pour les enfants, sont en cours d'application dès la maternelle en France.

Ce site internet a été développé pour alerter, informer, donner un lieu d'expression et d'échange aux professionnels et être facteur de ressources documentaires.

Nous revendiquons, au regard des risques inhérents à de tels programmes, que soit entendu et pris en compte l'avis des professionnels spécialisés dans la psychologie, tout particulièrement de l'enfant et du psychotraumatisme.

Une pétition intitulée "Stop à la dangereuse imposture des "droits sexuels" et de "l'éducation sexuelle" a été créée".

Ces professionnels ont lancé une pétition pour dénoncer cette "éducation à la sexualité" proche de la corruption de mineurs.

Ils rappellent: "les adultes n’ont pas à "éduquer" les mineurs, quel que soit leur âge, à la "sexualité" et au "plaisir sexuel" dans leur lieu de scolarité. Cette attitude intrusive ne prend pas en compte la notion d’immaturité sexuelle de l’enfant. Car nous savons qu’il faut que l’enfant ait acquis une maturité psychique suffisante grâce à l’éducation parentale et aux interdits familiaux, pour ne pas être débordé par ses excitations sexuelles (et par sa violence), maturité qui n’est acquise que très progressivement".

5 propositions pour revoir en profondeur le principe d’ "éducation à la sexualité"

1) Arrêter toute "éducation à la sexualité" en classe maternelle et primaire.

2) Arrêter totalement de parler de la théorie du genre.

3) A partir de 14 ans, limiter la prévention à la sexualité à des données scientifiques.

4) Créer au niveau national et régional des comités (ou "conseils") de régulation (ou de vigilance).

5) Retirer les termes "droits sexuels", "éducation sexuelle", "éducation à la sexualité" ainsi que les références directes et indirectes aux textes "Déclaration des droits sexuels" et "Standards pour l’éducation sexuelle en Europe", ainsi qu'à leur contenu, de tous les supports ministériels français.